menu

Accueil > INSEE

Un petit mois d’août pour la production industrielle

L’INSEE a publié les résultats du mois d’août de la production industrielle. Elle a diminué de 0,3 % après avoir augmenté de 0,8 % en juillet. Pour la seule production de l’industrie  manufacturière, la baisse atteint −0,4 % contre  +0,6 % en juillet.

Au cours des trois derniers mois, la production est quasi stable dans l’industrie manufacturière (+0,1 %) et augmente légèrement dans l’ensemble de l’industrie (+0,2 %).

Sur cette période, la production croît nettement dans les matériels de transport (+2,6 %). Elle augmente dans les industries extractives, énergie, eau (+0,5 %) et reste quasi stable dans les « autres industries » (+0,1 %). Elle croît nettement dans la cokéfaction et raffinage (+5,2 %). En revanche, elle diminue dans les biens d’équipement (−1,5 %) ainsi que dans les industries agroalimentaires (−0,4 %).

Sur un an, la tendance reste positive avec un gain de 2,4 % pour l’ensemble de l’industrie et de 2,7 % pour la seule industrie manufacturière.

Sur cette période, la production augmente dans toutes les branches. Elle est en nette hausse dans les « autres industries » (+1,9 %), les matériels de transport (+7,4 %), les biens d’équipement (+3,2 %) et croit plus modérément dans les industries agroalimentaires (+1,2 %). Elle bondit dans la cokéfaction et raffinage (+11,2 %). Elle est quasi stable dans les industries extractives, énergie, eau (+0,1 %).

 

Indices mensuels de la production industrielle

Le climat des affaires reste au beau fixe

Selon l’INSEE, au mois d’avril, comme depuis le mois de décembre dernier, le climat des affaires reste favorable. L’indicateur qui le synthétise, calculé à partir des réponses des chefs d’entreprise des principaux secteurs d’activité, reste  quatre points au-dessus de sa moyenne de long terme (100). Il gagne trois points dans l’industrie et reste stable dans le bâtiment. Cependant, il perd un point dans les services et trois points dans le commerce de détail.

 Indicateur de climat des affaires France

En avril 2017, le climat de l’emploi se dégrade légèrement en raison  notamment du fait du commerce de détail. L’indicateur qui le synthétise perd un point à 107, après avoir atteint en mars son plus haut niveau depuis août 2011. Il demeure nettement au-dessus de sa moyenne de long terme.

L’indicateur de retournement reste bien orienté soulignant qu’il n’y a pas de risque de dégradation de la conjoncture à court terme.

 

Les ménages français veulent épargner davantage mais aussi faire des achats importants !

Selon l’INSEE, au mois de février la confiance des ménages dans la situation économique reste et se maintient à 100, sa moyenne de longue période. On peut donc considérer que les Français sont relativement confiants au regard de la situation de ces dernières années.

 Les ménages jugent que leur situation financière personnelle se maintient proche de la normale. Ainsi, en février, l’opinion des ménages sur leur situation financière passée est stable pour le deuxième mois consécutif. Leur opinion sur leur situation financière personnelle future est quasi stable. La proportion de ménages estimant qu’il est opportun de faire des achats importants augmente de 3 points et est supérieur à sa moyenne de longue période depuis maintenant deux ans. Il atteint son plus haut depuis juillet 2007.

En février, le solde d’opinion des ménages sur leur capacité d’épargne future s’améliore (+4 points), ainsi que leur opinion concernant leur capacité d’épargne actuelle (+3 points). Les deux soldes se situent au-dessus de leur moyenne de long terme.

Les ménages estimant qu’il est opportun d’épargner sont également plus nombreux : le solde correspondant gagne 3 points. Il demeure cependant nettement inférieur à sa moyenne de longue période.

Indicateur synthétique de confiance des ménages

                             Source : Insee

 Soldes d’opinion sur la situation financière personnelle et le niveau de vie en France

  • Source : Insee

 En février, l’opinion des ménages sur le niveau de vie passé en France est quasi stable ; le solde correspondant se situe 4 points au-dessous de sa moyenne de long terme. Leur opinion sur le niveau de vie futur en France est lui aussi quasiment inchangé : le solde se situe juste au-dessus de son niveau moyen de longue période.

Les craintes des ménages sur le chômage sont quasiment stables en février. Le solde demeure inférieur à sa moyenne de long terme pour le quatrième mois consécutif.

En février, les ménages sont un peu moins nombreux qu’en janvier à considérer que les prix ont augmenté au cours des douze derniers mois : le solde perd 2 points. Il demeure ainsi largement inférieur à sa moyenne de long terme. A priori, les Français ne perçoivent pas encore le retour de l’inflation. Ils sont nettement moins nombreux qu’en janvier à anticiper une hausse des prix au cours des douze prochains mois : le solde diminue de 8 points, après une hausse de 19 points au cours des deux mois précédents. Il demeure néanmoins supérieur à sa moyenne de longue période pour le troisième mois consécutif.

 

 Opinion des ménages sur le chômage

  • Source : Insee

L’inflation sur un an est de 0,5 % en novembre

Sur un an, selon l’INSEE, les prix à la consommation au rait progressé de  0,5 % en novembre 2016, après +0,4 % le mois précédent.

Cette légère hausse de l’inflation s’expliquerait par l’augmentation des  prix de l’énergie et d’une légère progression des  prix de l’alimentation. Les prix des services augmenteraient au même rythme que le mois précédent.

En revanche,  les prix des produits manufacturés baisseraient comme en octobre.
Sur un mois, l’indice des prix à la consommation serait stable en novembre 2016, comme le mois précédent. Les prix de l’énergie augmenteraient encore, mais moins qu’en octobre.
Sur un an, l’indice des prix à la consommation harmonisé accélérerait à +0,7 % en novembre 2016, après +0,5 % le mois précédent. Sur un mois, il serait stable, comme en octobre 2016

Suivez le cercle

recevez notre newsletter

le cercle en réseau

contact@cercledelepargne.com